Dossier : la gestion des risques majeurs entre résilience et action

Biot est en proie à de nombreux risques naturels : inondations et feux de forêt sont les plus fréquents mais les mouvements de terrain, séismes ou d’autres phénomènes exceptionnels sont possibles. Près des 2/3 du territoire communal sont concernés directement. Pour faire face à ces aléas, la création d’un territoire résilient est une nécessité, mais comme le risque zéro n’existe pas, insuffler une culture du risque à chaque Biotois est essentielle, pour que chacun puisse adopter les bons réflexes en cas d’événement majeurs.

Télécharger le dossier en PDF

LES RISQUES MAJEURS A BIOT

Inondation

Incendie de forêt

Mouvements de terrain – Phénomène de retrait – gonflement des argiles

Séisme

Événements exceptionnels (canicule, accident de matières dangereuses)

Événements climatiques (tempête, chute de neige…)

SENSIBILISER AUX RISQUES MAJEURS

La préparation de la période cévenole

Chvigilance pluie inondationaque année, à la fin de l’été, lorsque les masses d’air chaud et humide venant du sud rencontrent l’air frais venant des montagnes, des épisodes climatiques violents peuvent provoquent de graves inondations comme ce fut le cas le 3 octobre 2015. Afin d’anticiper au mieux cette période, la Ville de Biot organise des exercices mobilisant tous les acteurs du Plan communal de sauvegarde. L’ensemble du matériel (véhicules, groupe électrogène…) est vérifié afin qu’il soit opérationnel en cas d’événement majeur. Toutes les procédures sont examinées pour être optimisées.

La campagne des Obligations légales de débroussaillement

Chaque année, en janvier, la ville lance une grande campagne de sensibilisation aux obligations légales de débroussaillement afin d’informer la population à cet enjeu majeur et préparer la période estivale. Pour limiter le risque Incendie et feux de forêt, des règles très strictes s’appliquent aux propriétaires en lisière de bois.

Le Document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM)

illustration DICRIMLe DICRIM élaboré en 2016, répertorie l’ensemble des risques majeurs sur la commune ainsi que les consignes à suivre et les réflexes à adopter en cas de risque majeur. Afin que la population en soit informée, une nouvelle distribution du DICRIM a été programmée à l’automne 2019.

Sensibiliser les plus jeunes (DICRIM jeunes)

Tout le monde doit être concerné par la culture du risque, notamment les plus jeunes. C’est pourquoi, en 2017, les écoliers de la ville ont participé à l’élaboration d’un DICRIM jeune. Une manière ludique de sensibiliser à ces questions complexes les jeunes publics. Chaque année, il est distribué à l’ensemble des classes de CP.

Le centre Ados, pendant les vacances scolaires, organise régulièrement des temps d’échange sur cette question. L’objectif est de donner une conscience des enjeux du territoire à tous les enfants de l’école primaire à la fin du collège, pour qu’ils soient capables de développer de bons comportements en cas de risque majeur.

PRÉVENIR ET AGIR

La Téléalerte

Outil indispensable de prévention et d’alerte de la population en cas de risques majeurs, la téléalerte, qui rassemble près de 6000 numéros de téléphones, permet de relayer les vigilances et d’alerter les citoyens des consignes à suivre pour assurer leur sécurité.

34 téléalertes ont été relayées depuis 2016.

Le Plan communal de Sauvegarde (PCS)

Le PCS a pour objectif, sous la responsabilité du Maire, de planifier les actions des acteurs communaux de la gestion du risque. En relation étroite avec les autres acteurs du territoire (Préfecture, pompiers, gendarmes…), il déploie son action dans l’information préventive et la protection des populations. L’ensemble des services municipaux sont impliqués dans sa mise en œuvre. Son organisation pyramidale lui permet d’être le plus efficient possible pour répondre aux problématiques.

Afin d’être dans l’amélioration permanente, les services municipaux mobilisés sur le PCS se réunissent chaque premier mercredi du mois.

15 agents municipaux mobilisables au quotidien sur le Plan communal de sauvegarde.

Des services d’aide à la décision

Pour pouvoir anticiper un évènement majeur, il est nécessaire de disposer d’outils technologiques de pointe permettant une veille permanente. Différents partenaires ou services accompagnent la Ville dans sa démarche de protection des populations.

Predict services

Crée par Météo France et Airbus, Predict services propose une expertise dans la prévention des risques naturels et la gestion de crise. Leur veille hydrométéorologique permanente (24h/24 et 7j/7) permet une information immédiate.

Le SMIAGE

Créé en 2017, le Syndicat Mixte Inondations, Aménagement et Gestion de l’Eau Maralpin (SMIAGE) a pour mission d’apporter une expertise technique et opérationnelle pour la réalisation d’aménagements hydrauliques et de prévision des risques hydrométéorologiques.

Les actions entreprises par la Ville

En complément des programmes d’aménagements votés par la CASA, la ville de Biot a investi dans différents équipements, afin de pouvoir agir en cas de risque majeur :

  • Renouvellement des Sirènes
  • Aménagement d’un point de regroupement de la population
  • Achat de 2 groupes électrogènes
  • Achat de 2 véhicules surélevés équipés d’ensemble mobile d’alerte (haut-parleurs)

CRÉER UN TERRITOIRE RÉSILIENT

L’entretien des vallons

L’entretien des vallons, de la Brague, des Horts ou des Clausonnes est une nécessité à l’approche de la période cévenole. Afin d’empêcher que la végétation ne forme des barrages naturels et ne fasse montrer le niveau de l’eau, les vallons sont nettoyés par les services du SMIAGE.

 

Le saviez-vous ?

Le nettoyage des vallons, réalisé par des professionnels nécessite une bonne connaissance de la végétation attenante. En effet, les arbres morts, branches et autres broussailles doivent être retirées pour ne pas obstruer le lit des rivières, mais les roseaux et autres plantes de ce type, en se pliant permettre de retarder l’écoulement de l’eau.

Investir pour aménager le territoire

La Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis a voté un important avenant au Programme d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI 2) concernant les bassins versants du Loup, de la Brague et des vallons côtiers. L’enveloppe consacrée à l’entretien et à l’aménagement des vallons qui étaient initialement de 11 000 000 € est passée à 24 millions d’euros d’investissement. De nombreux aménagements sont envisagés, installation de piège à embâcle, nettoyage et entretien des Vallons… Le rachat du Hameau de la Brague est également prévu, afin de permettre au fleuve de retrouver son lit naturel.

24 millions d’euros d’investissement.

 

En ce moment