Actions culturelles

Les métiers d'art à Biot

Idéalement située au cœur de la Côte d’Azur, entre Nice et Cannes, dominant la Méditerranée, Biot - Sophia Antipolis, commune paisible de 10 000 habitants en pleine expansion, recèle d’incroyables trésors à découvrir.

La ville possède une identité forte, héritée d’un passé riche en événements historiques et d’un patrimoine culturel et artistique exceptionnel. Le musée national Fernand Léger en est l’un des témoins prestigieux. La "cité verrière" abrite par ailleurs depuis plus d’un demi-siècle les plus grands noms parmi les maîtres-verriers. L’activité du verre biotoise est devenue un véritable mouvement artistique et artisanal, et contribue à la renommée de la ville dans le monde entier.
À quelques minutes seulement de la mer, les amoureux de nature trouveront également un parc naturel propice à de belles promenades le long de la Brague, paisible cours d’eau. Quatre parcours de golf complètent l’ensemble des privilèges à découvrir dans cette ville pleine de charme.

Située en grande partie sur la commune de Biot, Sophia Antipolis constitue un site préservé exceptionnel de plus de 2 000 hectares entre mer et montagne. Référence internationale des parcs scientifiques, la réussite de cette technopole a été insufflée par la création d’un modèle de développement économique et de recherche dans un cadre naturel unique et multiculturel. La commune de Biot - Sophia Antipolis comprend ainsi sur son territoire des entreprises de renommée mondiale dans le domaine de la recherche et du développement, telles que Toyota Europe Design Development, Galderma ou encore Amadeus.

La venue d'artistes tels que Fernand Léger, dont le musée se dresse au pied du village, et Eloi Monod, à l'origine de la tradition Biotoise du verre soufflé, a apporté une dynamique artistique, que l'on retrouve dans les ateliers de verrerie, poterie, céramique et joaillerie. L'extension de la technopole de Sophia Antipolis dessine aujourd'hui le nouveau visage d'une ville résolument tournée vers l'avenir.

Tour de la chèvre d’or : la ville lance une opération de souscription publique

This image requires alt text, but the alt text is currently blank. Either add alt text or mark the image as decorative.

Afin de sauvegarder le patrimoine culturel et historique de la commune, la municipalité a décidé de mener une opération de conservation, de protection et de mise en valeur de ce monument historique.

Du haut de cette Tour, plus de vingt siècles nous contemplent ! Le monument romain dit « La Tour de la Chèvre d’Or » est l’un des deux monuments historiques classés sur Biot, (le deuxième étant l’église Sainte Marie-Madeleine ; la chapelle Saint-Roch n’est pas classée mais inscrite à l’ordre des monuments historiques).
Classé par arrêté du 2 septembre 1943, ce vestige d’une tour antique, situé sur une colline qui domine la plaine de la Brague, sur le chemin éponyme, témoigne de l’importance de la Civitas Antipolitana, toute proche.
La Tour est un édifice rectangulaire de 5,80m de large par 2,35m d’épaisseur et de 10m de hauteur, percée en partie supérieure d’une niche rectangulaire. Que de mystères autour de cette construction ! On ignore toujours sa date de construction et son usage : tombeau ? Mausolée ? Trophée ? Toutes les hypothèses sont posées.
Jusqu’alors propriété privée, la parcelle, d’environ 350 m², sur laquelle se situe la Tour, a été acquise par la Ville pour un euro symbolique, reste à charge pour la commune de régler les frais de notaire estimés à 10 000 euros. Fort de cette acquisition, une étude a été confiée à l’architecte en chef des monuments historiques afin d’établir l’état sanitaire de la construction et le diagnostic des désordres constatés.
Ce travail a également permis de définir le parti de restauration du bâtiment : conservation des ruines du monument romain et de l’édifice adjacent au sud dans l’état dans lequel l’ensemble a été protégé au titre des monuments historiques, mise en valeur des vestiges dans le paysage et facilitation de l’accès au public.
Le coût total de cette rénovation est estimé à 130 000 euros : 20 000 euros de frais de notaire et de géomètre, 15 000 euros pour le diagnostic architectural et l’assistance à maitrise d’ouvrage, 20 000 euros pour les travaux de dévoiement de l’actuelle villa située sur la propriété et 75 000 euros pour les travaux de rénovation.

Comment aider ?
Pour mener à bien ce projet de restauration, la commune souhaite faire appel au mécénat aux côtés de la Fondation du Patrimoine en ouvrant une souscription publique. La Fondation a pour mission principale de sauvegarder et mettre en valeur le patrimoine national.
Les dons à la Fondation du Patrimoine sont déductibles : de l’impôt sur le revenu, de l’impôt sur la fortune, de l’impôt sur les sociétés.
Plus d’informations à partir du 2e trimestre 2022 : www.fondation-patrimoine.org

 

   

Biot pratique

Vous êtes...